PARTIE 5 : LES CROYANTS SONT-ILS IRRATIONNELS ?

I – CHAMP DE RATIONALITÉ

Il ne faut pas confondre la rationalité et le vrai :
→ Une chose rationnelle peut être fausse.
→ Une chose vraie peut être irrationnelle.
→ La rationalité permet d'accéder au vrai en générale, mais pas de façon absolue.
→ La question du vrai est une autre question que celle de la rationalité.

1 – La rationalité est subjective et limité :

En effet, lorsque l'on traite d'un sujet, notre rationalité dépend de l'approche de celui-ci, ainsi que de nos connaissances, du savoir que l'on a dans ce sujet en question. La rationalité d'une personne couvre donc un certain champ d'action pouvant être différent d'une personne à l'autre.

Prenons l'exemple de l'enfant : Le champ d'action de sa rationalité est limité car il n'a pas beaucoup d'expérience de vie et ne dispose que peu de discernement sur le monde qui l'entoure. Se rendant compte de ses limites, et du fait que seuls les adultes comprennent certaines choses, il s'en remettra naturellement à ses parents, ses enseignants, en leur posant ses questions. Il les croira de sorte à mieux comprendre et ainsi élargir son champ de rationalité. Un comportement de « foi aveugle » aux adultes est tout à fait logique. Un enfant rationnel et « scientifique » ne ferait pas mieux que d'interroger les adultes.

Ce comportement rationnel peut pourtant aboutir à des croyances fausses, comme le père noël. Un enfant rationnel croira au père noël jusqu'à obtenir la preuve qu'il n'existe pas. Car de son point de vue, les adultes sont des personnes de confiance et savantes. Et si les adultes lui parlent du père noël, il n'a aucune raison rationnelle de ne pas y croire et de s'imaginer qu'il s'agit-là d'un mensonge.  Autrement dit, du point de vue de l'enfant, il est irrationnel que les adultes se soient secrètement concertés entre eux pour mettre au point un complot dans le but de faire croire à l'existence du père noël. Et pourtant c'est bien le cas.

L'enfant ne peut pas comprendre ce qui se passe au-delà du cadre. Il pourra réfléchir autant qu'il voudra, son cadre de réflexion est limité. Il ne peut pas voir le complot des adultes, même en usant de sa rationalité maximale. La zone située entre le cadre noir et le cercle rouge lui est inaccessible à cause des limites de sa rationalité. De ce fait, ce complot lui est invisible. Il aura 2 moyens de découvrir le complot des adultes :

→ Une fuite : Par un adulte qui lui avoue ou par un enfant au courant qui lui dit. Dans ce cas, c'est l'invisible qui pénètre dans le champ de l'enfant.
Tout seul en grandissant : Il commencera à se poser des questions et à douter. Dans ce cas, c'est le champ de l'enfant qui s'étend jusqu'à englober l'invisible.

Figure 1 : Le cadre de l'enfant reste le même, mais il y a une fuite venant de l'extérieur de son champ de rationalité car quelqu'un lui communique le complot. Ce qui lui permet de comprendre.
Figure 2 : En grandissant, l'enfant va élargir le champ d'action de sa rationalité jusqu'à englober le complot du père noël et comprendre que ce n'est qu'un mensonge, sans que personne ne le lui dise.

2 – La rationalité peut conduire au faux au lieu du vrai…

Pendant de nombreux siècles, les scientifiques pensaient que l'Univers était fixe. La rationalité des Hommes de science les a conduits à cette conclusion. Le fait que l'Univers est en expansion était une information se situant en dehors de leur champ de rationalité. En ce sens, avant 1900, dire que « l'Univers est en expansion » était complètement irrationnel. Puis, une fois le savoir acquis, le champ d'action de leur rationalité s'est élargi jusqu'à englober cette information. On est dans le cas de figure 2.

Un autre exemple : On a longtemps pensé que le temps était absolu c'est-à-dire qu'il s'écoulait de la même manière constamment et peu importe les conditions. Or ceci est faux, car celui-ci est relatif. Plus on se rapproche de la vitesse de la lumière, plus le temps s'écoule doucement. Cette notion de « temps relatif » a longtemps été en dehors de notre champ de rationalité, donc considérée comme irrationnelle. Pourtant, notre approche était rationnelle et malgré tout, cela nous a conduit au faux. Le vrai est la relativité du temps, découverte par Einstein. Le savoir a permis d'augmenter la limite du champ d'action de la rationalité, jusqu'à englober cette information.

Dès lors qu'un élément irrationnel est découvert, il intègre immédiatement le cercle de rationalité et n'est plus considéré comme irrationnel.

En somme, la rationalité :
→ Ne garantit pas le vrai.
Dépend du point de vue.
→ A un champ d'action limité.  

Nous pouvons maintenant améliorer la question initiale :
Les croyants sont-ils irrationnels ?
Qui devient :
Du point de vue de l'adulte humain moyen, est-il irrationnel pour lui, dans le champ d'action de sa rationalité, de croire en la religion ?

En améliorant la question, nous avons complexifié la situation et sommes sortis d'un manichéisme induit par la question d'origine : Initialement, nous avions une question directe à laquelle on ne pouvait répondre que par oui ou par non. Seulement, la question dépend de plusieurs variables. Répondre est difficile car les êtres humains sont différents, ont des champs de rationalité différents, et sont limités par les capacités de compréhension du cerveau humain.

Le champ de rationalité de chacun dépend de son savoir, de ses expériences de vie, etc…certaines personnes peuvent comprendre plus de choses que d'autres. Cependant, l'ensemble des cadres de rationalité sont nécessairement inclus dans le cercle délimitant la limite du champ de rationalité de l'être humain, correspondant à la somme des champs de rationalité de chaque individu, c'est-à-dire à la rationalité collective. Au-delà de cette limite, nous sommes dans de l'irrationnel, de l'improuvable, de l'absurde, de l'illogique, de l'inaccessible.

Une personne qui croit en une chose improuvable ou absurde sera considérée comme irrationnelle car elle a accepté une chose en dehors des limites du champ de la rationalité collective. A l'inverse, pour être rationnel, il faut rester à l'intérieur du cercle.

Dans un raisonnement mathématique, dès lors que l'on arrive à une absurdité, le raisonnement cesse aussitôt. Quelqu'un qui continuerait son raisonnement malgré l'absurdité, on dirait qu'il est irrationnel et son résultat rejeté. Dès lors que l'on franchit le cercle, on tombe nécessairement dans l'irrationalité.

3 – Qu'en est-il de la religion ?

La religion contient des éléments irrationnels, improuvables, absurdes, inaccessibles, illogiques et impensables :
→ La séparation d'une mer en deux est quelque chose d'irrationnel.
→ L'existence des démons est improuvable.
→ Un bébé qui parle à la naissance est une idée absurde.
→ L'au-delà est inaccessible.
→ Le Paradis est quelque chose d'impensable.

Ainsi, la religion est irrationnelle, dans le sens où elle déborde du cercle. Et un croyant croit ainsi en de l'irrationnel. Il est donc en principe lui-même irrationnel, car il a franchi la limite de la rationalité humaine, il est sorti du cercle. Ou plutôt…il semble l'être…Mais en est-il réellement sorti ?

Rappelons-nous l'exemple de l'enfant et du père-noël. L'enfant avait deux moyens de découvrir le complot :
→ Soit grandir et élargir suffisamment son propre champ de rationalité pour comprendre. Ce qui est impossible ici car le cercle est infranchissable et correspond à la limite du cerveau humain.
→ Soit par le biais d'une fuite, en l'occurrence pour les croyants un Livre Saint émanant de Dieu.

Selon le croyant, le Livre Saint appartient au domaine irrationnel certes, mais a fuité par la volonté de Dieu. La révélation lui a permis d'intégrer le champ de rationalité. Et la religion, qui était jusqu'alors irrationnelle, devient tout à coup rationnelle pour la personne qui croit en ce Livre Saint. On se retrouve dans la situation de l'enfant. Une information (Un Livre), provenant de l'extérieur de notre champ nous parvient. Ce Livre contient de l'irrationnel.

4 – Serait-ce rationnel de croire à un Livre Saint ?

→ Si l'on répondait NON à cette question, qu'il n'est pas rationnel d'y croire, alors de la même façon l'enfant ne serait pas rationnel en croyant l'adulte qui lui révèle l'inexistence du père-noël. Ce livre contient de l'irrationnel certes, mais étant donné qu'il provient de l'extérieur du champ de rationalité, l'irrationalité de son contenu n'est que la conséquence de son origine.

→ On ne peut pas non plus répondre OUI à cette question, car cela impliquerait qu'il serait rationnel de croire à n'importe quel message irrationnel prétendant provenir d'un endroit inaccessible. Et ainsi, n'importe qui pourrait prétendre détenir un livre irrationnel auquel il faudrait croire.

A ce stade de la synthèse, on ne peut pas encore répondre à cette question car aucune étude des « livres saints » n'a encore été effectuée. On peut y voire de la rationalité comme de l'irrationalité. Ce n'est donc ni rationnel ni irrationnel dans l'absolu. Car cela dépendra de l'appréciation de chacun sur la crédibilité de ce « Livre Saint » en question.

Le croyant n'est pas forcément irrationnel en croyant en de l'irrationnel, lorsque cet irrationnel provient justement de l'extérieur du cercle. La rationalité est donc relative !

Remarque : Souvent les athées inventent des concepts de Dieu pour décrédibiliser les croyants. Par exemple, le pastafarisme est originellement une parodie de religion dont la divinité est un monstre en spaghetti volant. Croire au « dieu-spaghetti » est en effet irrationnel. Car il a été inventé par l'imagination. C'est une invention depuis l'intérieur du cercle. A la différence du Livre Saint qui provient pour le croyant de l'extérieur du cercle !

Les croyants estiment que le Livre Saint qu'ils suivent a été révélé depuis l'extérieur du champ de la rationalité. L'irrationalité que leur Livre Saint contient n'est donc pas étonnante, elle est cohérente avec sa provenance. Alors que le « dieu-spaghetti » a été inventé sans aucun doute possible, et donc personne n'y croit. De la même manière, un athée peut considérer que les « livres saints » ont été inventés. Ceci ne reste cependant que son appréciation personnelle : Il pense que ces « livres saints » proviennent de l'imagination des Hommes. Mais les croyants eux pensent le contraire.

L'athée va quant à lui tâcher de limiter au maximum son irrationalité, ainsi il rejettera toute chose non prouvée. Mais souvent il se mettra à croire au hasard de l'apparition de l'Univers, à l'accidentelle formation de la vie, à des théories scientifiques (qui dans le fond sont des croyances) non prouvées. Il croit qu'un « hasard aléatoire » a fait apparaître l'Univers. Puis qu'un « hasard mystérieux » a formé la vie. Ces croyances ne sont scientifiquement pas prouvées et peuvent donc être considérées comme irrationnelles par un non-athée, tout comme la croyance en Dieu peut être jugée irrationnelle par un athée. Ainsi, une chose capitale està noter : L'athée place toute sa confiance en sa raison, et pour forger ses croyances il utilise uniquement son cerveau.

5 – Conclusion :

Croire en de l'irrationnel ne signifie ni être dans le faux, ni être irrationnel. Il n'y a pas de règle générale, cela dépend des situations, des appréciations personnelles, et même de la définition de la rationalité. La question « Les croyants sont-ils irrationnels ? » posée de cette façon n'a donc que très peu d'intérêt. Dans la suite de cette partie, on va plutôt s'intéresser aux limites de la raison pour au final formuler la question d'une façon bien plus intéressante. 

V – CONCLUSION

→ L'irrationnel n'est pas synonyme de faux, et il peut être accessible par une fuite. Pour le croyant, « Le Livre Saint » étant une...
Lire la suite
6 février 2021

IV – QU’EN EST-IL DE LA DÉMARCHE DE L’ATHÉE ?

Nous venons de voir que la démarche du croyant est totalement cohérente, rationnelle. Mais qu'en est-il de la démarche de l'athée ? Il rejette...
Lire la suite
6 février 2021

III – UNE DEMARCHE RATIONNELLE

1 - LE DEREGLEMENT DES BOUSSOLES Le cerveau est un formidable outil de calcul et raisonnement, mais il a tout de même des...
Lire la suite
6 février 2021

II – MON CERVEAU, MON ENNEMI

Malgré ses incroyables capacités, la faillibilité du cerveau n'est pas à démontrer, elle est notoire. Par exemple, il est connu que le cerveau...
Lire la suite
6 février 2021
Télécharger le livre

Pour toute question, remarque, critique constructive, autre : lasciencemeneaallah@gmail.com

I. INTRODUCTION

admin9815 07 février 2021

Mohamed est né vers 570 après J.C, dans une ville de la péninsule arabique appelée...

II. CORAN ET SCIENCE 1/12

admin9815 07 février 2021

1 – L'Univers a un début : Comme expliqué dans la Partie 1, jusqu’au début des...

II. CORAN ET SCIENCE 2/12

admin9815 07 février 2021

3 – Théorie du Big-Bang :   Il est communément admis que l’Univers est né il...

II. CORAN ET SCIENCE 3/12

admin9815 07 février 2021

5 – Orbite de la Lune et du Soleil : En mécanique physique, une orbite est la trajectoire que dessine dans...

II. CORAN ET SCIENCE 4/12

admin9815 07 février 2021

7 – Composition de l'atmosphère terrestre :  Ce qui se situe au-dessus de notre tête...

II. CORAN ET SCIENCE 5/12

admin9815 07 février 2021

8 – Rôle de l'atmosphère : D'importantes études ont été menées ces dernières décennies pour...

II. CORAN ET SCIENCE 6/12

admin9815 07 février 2021

9 – Le ciel doté de retour : Comme expliqué plus haut, le ciel terrestre est...

II. CORAN ET SCIENCE 7/12

admin9815 07 février 2021

10 – La formation du Fer et l'importance de ce métal : Les découvertes astronomiques modernes...

II. CORAN ET SCIENCE 8/12

admin9815 07 février 2021

11 – Rôle des montagnes : Autrefois, on pensait que les montagnes étaient simplement des « bosses »...

II. CORAN ET SCIENCE 9/12

admin9815 07 février 2021

12 – L'eau c'est la vie : L’eau est un élément indispensable à la Vie, à...

II. CORAN ET SCIENCE 10/12

admin9815 07 février 2021

14 – La sexualité chez les plantes : L’existence d’une sexualité chez les plantes n’a pas...

II. CORAN ET SCIENCE 11/12

admin9815 07 février 2021

16 – Les abeilles : Dans les colonies d’abeilles, à chacune des nombreuses abeilles est assignée...

II. CORAN ET SCIENCE 12/12

admin9815 07 février 2021

17 – Le mensonge contrôlé par le lobe préfrontal du cerveau : Que se passe-t-il dans...

III. CREATION DE L’HOMME DANS LE CORAN 1/3

admin9815 07 février 2021

La reproduction humaine est un sujet sur lequel toute œuvre humaine ancienne, à partir du...

III. CREATION DE L’HOMME DANS LE CORAN 2/3

admin9815 07 février 2021

2 – La formation des os et de la chair : Un autre élément important contenu...

III. CREATION DE L’HOMME DANS LE CORAN 3/3

admin9815 07 février 2021

J’ai conscience de deux choses : → D'une part, les lacunes liées à la non-maîtrise de...

IV. CONCLUSION

admin9815 07 février 2021

Toujours dans cet état d'esprit rationnel, cohérent et logique que l'on s'impose depuis le début...