PARTIE 5 : LES CROYANTS SONT-ILS IRRATIONNELS ?

III – UNE DEMARCHE RATIONNELLE

1 – LE DEREGLEMENT DES BOUSSOLES

Le cerveau est un formidable outil de calcul et raisonnement, mais il a tout de même des limites. Il permet de résoudre une équation mais ne permet pas de répondre à des questions d’ordre moral, politique, philosophique, métaphysique, religieux.

Exemples : L’avortement est-il moralement acceptable ? Comment organiser la société ? Que faire d’un meurtrier ? Faut-il légaliser l’alcool ? Le bien et le mal existent-ils ? Que sont-ils ? Quel est le but de l’existence ? Le cerveau ne permet pas de répondre de façon juste à ces questions du fait de la multiplicité des opinions. Il ne va choisir qu’une opinion parmi d’autres. Opinion déduite par le cerveau.

Deux individus peuvent raisonner aussi fort qu’ils veulent, ils ne tomberont pas nécessairement d’accord. Si l’on représentait ces questions par des boussoles, alors les aiguilles (qui correspondent aux réponses) partiraient dans tous les sens. Le cerveau ne permet pas d’accéder à une réponse précise qui serait « la vérité ». Au contraire, il peut faire pointer l’aiguille vers n’importe quelle direction. Et pire, en donnant l’impression d’être dans le vrai. Mon cerveau pointe vers une direction en me donnant l’impression d’être dans la bonne direction. Et le cerveau de mon voisin pointe vers une autre direction que la mienne, toujours en lui donnant cette impression d’avoir choisi la bonne direction, d’être dans le vrai. Au point de penser que mon voisin à faux et que moi j’ai juste, et inversement. Chaque individu aura l’impression que ses boussoles à lui sont celles qui sont bien réglées, et que ce sont les boussoles des autres qui sont déréglées. Il en sera convaincu dur comme fer…Et pourtant…Si l’on représentait chaque question par une boussole, ses aiguilles (réponses) partiraient dans tous les sens !

De plus, les opinions d’un même individu ont une forte variance ! Il peut ainsi être convaincu d’une chose…et plus tard être convaincu du contraire. Par exemple, un carniste peut devenir végan, un islamophobe peut devenir musulman, etc…Du coup, non seulement l’individu croira être dans le vrai, mais il va au cours de sa vie changer d’opinions…et à chaque fois il croira de nouveau être dans le vrai…cette fois le « vrai de chez vrai »…et ainsi de suite…d’où le dérèglement des boussoles !

Que peut-on en déduire ? Le dérèglement des boussoles montre que le cerveau seul est défaillant. Quelque chose lui fait défaut et l’empêche d’accéder à La Vérité Absolue dans certains domaines. C’est comme s’il y avait des interférences. La Vérité est brouillée. Ou encore, comme s’il manquait le champ magnétique permettant

2 – UNE DEMARCHE RATIONNELLE

Le croyant est-il rationnel ? : Nous avons vu que la question de rationalité du croyant n’était pas si intéressante que ça. Car rationalité n’est pas synonyme de vrai, et également car cela dépendra de la définition de « rationnel ». Une question bien plus intéressante est sur la nature de la démarche. A présent, on ne s’intéresse plus au croyant mais à sa démarche. Posons alors la question qui en découle :

Les croyants ont-ils une démarche rationnelle ?

C’est à cette question qu’il est intéressant de répondre :
→ Car croire en de l’irrationnel n’est pas nécessairement irrationnel.
→ Mais avoir une démarche irrationnelle…c’est bien plus problématique !

Une démarche irrationnelle signifie que la personne raisonne de façon illogique, insensée.
→ La croyance en l’irrationnel ne conduit pas nécessairement au faux.
→ La démarche irrationnelle conduit nécessairement au faux (sauf coup de chance) !

Le croyant croit en de l’irrationnel certes. Mais sa démarche est-elle irrationnelle pour autant ? A cette question de répondre que non, la démarche du croyant n’est pas irrationnelle, bien au contraire. Prendre Le Livre Saint comme guide n’est pas une démarche irrationnelle.

Explication :
Nous avons vu que tout le monde se crée sa propre réalité, sa propre vérité. Et chacun conçoit le monde comme il l’entend, imagine ce qui va lui arriver après la mort et crée sa propre vérité. La différence entre certaines réalités et celle des croyants est que ces derniers n’ont pas créé leur réalité, ils ne font que suivre Le Livre Saint. Les autres, quel est leur livre ? Ont-ils un livre, un support sur quoi s’appuyer ?

La démarche du croyant est rationnelle dans la mesure où il suit tout simplement le livre qu’il considère être divin et émanant de Dieu. Il n’invente rien de son imaginaire, il suit ce qui est écrit. Est-ce que ce qui est écrit est fiable ? S’il est croyant, alors par définition même il croit que c’est la révélation du Créateur, la parole de Dieu. Et alors selon lui oui, cette parole est plus que fiable, elle est la plus fiable possible. Pour le non croyant cette parole n’est absolument pas fiable car inventée, mais la question n’est pas là ! La question est de savoir si la démarche du croyant est irrationnelle, pas de savoir si « Le Livre Saint » en question est vrai et fiable. Ceci est une toute autre question. On ne s’intéresse ici qu’à la démarche. (La question de fiabilité des livres saints sera traitée dans la prochaine partie).

En résumé, le croyant ne crée pas sa réalité, il suit seulement Le Livre. Et pas n’importe quel livre, mais Le Livre qu’il considère Le plus fiable ! Sa démarche est donc rationnelle.

Nous avons également vu que l’irrationnel peut provenir d’une fuite. Or « Le Livre Saint » est considéré par le croyant comme étant une fuite, une révélation émanant de Dieu, d’une zone inaccessible.

Il existe un problème de dérèglement des boussoles, et que même en se concertant lors de débats, accumuler l’activité de plusieurs cerveaux n’y aide pas. Pour le croyant, « Le Livre Saint » remédie à cette défaillance du cerveau : Ce Livre joue le rôle de « champ magnétique » et permet ainsi de bien orienter les aiguilles des boussoles. Alors que sans « Le Livre Saint », la vérité est brouillée et les aiguilles orientées dans tous les sens. Cette Parole donne les réponses auxquelles le cerveau ne peut pas répondre seul. La vérité n’est plus brouillée. C’est en ce sens que Le Livre agit comme un champ magnétique, comme un guide.

Le croyant a donc une démarche rationnelle dans la mesure où il n’invente rien. Il ne fait que suivre un Livre auquel il croit (pour des raisons qui lui sont propres). Ce Livre est irrationnel certes. Mais vu qu’il provient d’une fuite c’est logique. Le croyant règle ainsi ses boussoles avec Le Livre Saint comme guide. Car il estime que c’est une révélation du Créateur. Puis il l’applique à la lettre car il est logique d’obéir à son Créateur selon lui.

Selon le croyant, sans Le Livre Saint, la vérité est brouillée, absence de champ magnétique :

Et Le Livre Saint donne les réponses aux questions auxquelles le cerveau ne pouvait pas répondre seul. La vérité n’est plus brouillée . Le Livre agit comme un champ magnétique, comme un guide :

irrationalité est dans le contenu du Livre, justifié par le fait qu’il provienne d’une zone inaccessible. Mais il n’est pas irrationnel de croire en de l’irrationnel. En effet, voici 2 exemples :

Exemple 1 : Les nombres complexes :
Tout nombre complexe X est la somme d’un nombre réel et d’un nombre imaginaire. Si l’on se limite au monde visible (réels), nous n’avons qu’une droite au lieu du plan entier. L’humain est coincé sur la droite des réels. Il n’a aucune information sur le reste du plan. Il y a cependant un point d’intersection entre les deux droites. Le nombre 0 est à la fois un réel et un imaginaire. L’humain coincé sur la droite des réels a accès au domaine
imaginaire par ce point. Il peut donc être assimilé à la fuite.

« Le Livre Saint » peut fuiter du monde complexe vers le monde réel, par le biais du nombre 0. Le nombre 0 est le pont entre les deux domaines. Car 0 appartient aux deux domaines. Le nombre 0 correspond au moment de Révélation. Mais si quelqu’un contestait l’analogie en disant que :

« les nombres imaginaires sont justement… imaginaires ! Ils n’existent pas ! ».

Alors de répondre : S’ils n’existent pas, pourquoi les enseignent-on aux lycéens ? D’ailleurs si l’on demandait à un lycéen si ces nombres existent, il serait bien embarrassé…Et pourquoi ces nombres qui n’existent pas sont-ils utilisés en science ? Les scientifiques font donc des calculs avec des nombres qui n’existent pas ? En faisant comme s’ils existaient ?! Seraient-ce les « amis imaginaires » des scientifiques ?

Certains scientifiques diront :

« On les utilise parce qu’ils sont utiles, mais ils n’existent pas, ils ne sont qu’un outil ».

Alors de répondre : Étrange comment des nombres « qui n’existent pas » peuvent être inclus dans des calculs qui existent et s’avérer si utiles dans le monde réel physique…mais soit. La question fait cependant débat : Comme on peut lire sur Wikipédia, l’efficience et le pouvoir prédictif physique des fonctions de structure fait dire à Marc Lachièze-Rey (astrophysicien, théoricien et cosmologue français du CNRS) que l’usage des nombres complexes dépasse le simple artifice de calcul et donne aux nombres complexes un degré de « réalité » physique comparable à celui des nombres réels.

Si les nombres complexes existent, alors l’analogie est valable. Cependant, si toutefois ils n’existent pas, alors passons au deuxième exemple…

Exemple 2 : Les nombres irrationnels :
Restons donc avec les nombres dont il est admis qu’ils existent : les nombres réels. Ce monde réel contient des nombres que l’on comprend, appelés nombres rationnels. Les rationnels sont composés des nombres entiers positifs et négatifs, de certains nombres décimaux, etc…Chaque nombre appartenant à la catégorie des « rationnels » est compris, c’est-à-dire qu’il a un sens, et une représentation physique de ce nombre est possible :
→ Les entiers 0, 1, 2, 3, … ont un sens, ce sont des quantités. Par exemple, si je pose successivement des pommes sur la table, ces nombres sont la quantité de pommes.
→ Les entiers négatifs -1, -2, -3, …ont un sens. Ils représentent ma quantité de pommes lorsqu’on me les retire de la table.
→ Les nombres à virgules finis 0,87 ; 17,875 ; 997,10293 …Par exemple, j’ai 87 pommes sur la table et je les découpe en 100 parts égales, et je mets chaque part dans un sachet. Le nombre 0,87 représente le contenu en pomme de chacun de ces sachets.
→ Les nombres à virgules infinis qui ont un schéma répétitif comme 1,66666…, 12,878787…, 0,123123123….ont un sens. Par exemple 1,66666… est la quantité dans chaque sachet lorsque je découpe 5 pommes en 3 parts égales.

Tous ces nombres sont compréhensibles, logiques, ont un sens : Ils font partie des nombres réels et sont appelés «les nombres rationnels ».

Il existe cependant, toujours parmi les réels, des nombres incompréhensibles, irrationnels ! π par exemple est un nombre à virgule infini mais sans schéma répétitif. Il vaut 3,141592653… puis les chiffres continuent à l’infini, sans jamais former de schéma répétitif. On ne peut RIEN deviner à AUCUN moment ! C’est un nombre complètement incompréhensible, imprévisible…dans le langage mathématique il est appelé « nombre irrationnel ». Et d’aucune façon il m’est possible de fabriquer des sachets de π pommes. On peut faire des sachets de n’importe-quel-nombre-rationnel de pommes. Mais il est impossible de faire des sachets d’un nombre irrationnel de pommes. Car un irrationnel est par définition même, un nombre ne pouvant être le résultat d’une division d’entiers.

Les nombres irrationnels existent. Ils font partie de la réalité. (Et ils sont même infiniment plus nombreux que les nombres rationnels !) Mais la raison ne permet pas de les comprendre vraiment. Et pourtant on y croit à ces nombres irrationnels. Croire en de l’irrationnel n’est donc pas nécessairement irrationnelle. La réalité mathématique elle-même est composée de nombres rationnels et irrationnels.

De la même façon, notre réalité ne se limite pas forcément à ce qui est rationnel. Elle peut comporter de l’irrationnel, inaccessible à notre raison. La quête de la réalité est vaine, elle est un mirage. Les limites sont trop nombreuses pour pouvoir accéder au réel depuis notre condition d’humain. Et quand notre condition nous empêche d’accéder à une chose, on délègue cette tâche à la personne la plus compétente. Au même titre qu’un enfant demande à ses parents, qu’un élève demande à son professeur, qu’un patient demande à son docteur, etc… Ce comportement est rationnel.

De la même manière, le croyant qui se fie à La Parole de son Créateur a un comportement rationnel. Il n’a fait que se fier à l’autorité qu’il estime la plus fiable. Sa démarche est donc cohérente, rationnelle.

Doit-il pour autant délaisser sa raison ? Non. Le Créateur incite d’ailleurs à la raison, la réflexion, la méditation. Mais n’est-ce pas contradictoire ? Nous venons de voir que la raison n’était pas si fiable ! Pourquoi Le Créateur nous appellerait-Il à nous fier à une chose non fiable ?

En réponse, il n’a jamais été question de délaisser complètement la raison, ni d’éteindre son cerveau. Il a uniquement été dit que cet organe n’est pas suffisamment fiable pour s’y fier aveuglément et dans toute chose. Car malgré sa fiabilité indiscutable dans certains domaines comme la science par exemple, force est de constater qu’il a aussi des limites importantes. Pour le croyant, la raison doit être utilisée certes, mais pas aveuglément. Il faut un usage de la raison éclairé par la Révélation.

V – CONCLUSION

→ L'irrationnel n'est pas synonyme de faux, et il peut être accessible par une fuite. Pour le croyant, « Le Livre Saint » étant une...
Lire la suite
6 février 2021

IV – QU’EN EST-IL DE LA DÉMARCHE DE L’ATHÉE ?

Nous venons de voir que la démarche du croyant est totalement cohérente, rationnelle. Mais qu'en est-il de la démarche de l'athée ? Il rejette...
Lire la suite
6 février 2021

II – MON CERVEAU, MON ENNEMI

Malgré ses incroyables capacités, la faillibilité du cerveau n'est pas à démontrer, elle est notoire. Par exemple, il est connu que le cerveau...
Lire la suite
6 février 2021

I – CHAMP DE RATIONALITÉ

Il ne faut pas confondre la rationalité et le vrai :→ Une chose rationnelle peut être fausse.→ Une chose vraie peut être irrationnelle.→ La...
Lire la suite
6 février 2021
Télécharger le livre

Pour toute question, remarque, critique constructive, autre : lasciencemeneaallah@gmail.com

I. INTRODUCTION

admin9815 07 février 2021

Mohamed est né vers 570 après J.C, dans une ville de la péninsule arabique appelée...

II. CORAN ET SCIENCE 1/12

admin9815 07 février 2021

1 – L'Univers a un début : Comme expliqué dans la Partie 1, jusqu’au début des...

II. CORAN ET SCIENCE 2/12

admin9815 07 février 2021

3 – Théorie du Big-Bang :   Il est communément admis que l’Univers est né il...

II. CORAN ET SCIENCE 3/12

admin9815 07 février 2021

5 – Orbite de la Lune et du Soleil : En mécanique physique, une orbite est la trajectoire que dessine dans...

II. CORAN ET SCIENCE 4/12

admin9815 07 février 2021

7 – Composition de l'atmosphère terrestre :  Ce qui se situe au-dessus de notre tête...

II. CORAN ET SCIENCE 5/12

admin9815 07 février 2021

8 – Rôle de l'atmosphère : D'importantes études ont été menées ces dernières décennies pour...

II. CORAN ET SCIENCE 6/12

admin9815 07 février 2021

9 – Le ciel doté de retour : Comme expliqué plus haut, le ciel terrestre est...

II. CORAN ET SCIENCE 7/12

admin9815 07 février 2021

10 – La formation du Fer et l'importance de ce métal : Les découvertes astronomiques modernes...

II. CORAN ET SCIENCE 8/12

admin9815 07 février 2021

11 – Rôle des montagnes : Autrefois, on pensait que les montagnes étaient simplement des « bosses »...

II. CORAN ET SCIENCE 9/12

admin9815 07 février 2021

12 – L'eau c'est la vie : L’eau est un élément indispensable à la Vie, à...

II. CORAN ET SCIENCE 10/12

admin9815 07 février 2021

14 – La sexualité chez les plantes : L’existence d’une sexualité chez les plantes n’a pas...

II. CORAN ET SCIENCE 11/12

admin9815 07 février 2021

16 – Les abeilles : Dans les colonies d’abeilles, à chacune des nombreuses abeilles est assignée...

II. CORAN ET SCIENCE 12/12

admin9815 07 février 2021

17 – Le mensonge contrôlé par le lobe préfrontal du cerveau : Que se passe-t-il dans...

III. CREATION DE L’HOMME DANS LE CORAN 1/3

admin9815 07 février 2021

La reproduction humaine est un sujet sur lequel toute œuvre humaine ancienne, à partir du...

III. CREATION DE L’HOMME DANS LE CORAN 2/3

admin9815 07 février 2021

2 – La formation des os et de la chair : Un autre élément important contenu...

III. CREATION DE L’HOMME DANS LE CORAN 3/3

admin9815 07 février 2021

J’ai conscience de deux choses : → D'une part, les lacunes liées à la non-maîtrise de...

IV. CONCLUSION

admin9815 07 février 2021

Toujours dans cet état d'esprit rationnel, cohérent et logique que l'on s'impose depuis le début...