PARTIE 2 : ORIGINE DE LA VIE admin9815 6 février 2021 (0) (89)
PARTIE 2 : ORIGINE DE LA VIE

V. APPARITION DES PREMIÈRES BACTÉRIES SELON LA THÉORIE DE L’ÉVOLUTION

Historiquement, le premier concept matérialiste à avoir vu le jour pour expliquer l’apparition du vivant est celui de la « génération spontanée ». Cette idée stipulait que, sous certaines conditions, des êtres vivants pouvaient apparaître spontanément, à partir de matière inerte.

Démocrite, philosophe grec du Vème siècle avant J.C. mentionnait déjà que les premiers êtres vivants seraient apparus suite à un simple assemblage d’atomes. Dans la continuité, Aristote (IIIème siècle avant J.C.) affirmait qu’en laissant moisir des aliments sur de la laine des mites allaient se former, et sur de vieux vêtements ce seront des souris qui naîtront. De là est né le concept de génération spontanée, c’est-à-dire que des êtres vivants seraient apparus spontanément, à partir de matière inerte. Ce courant de pensée faisait unanimité des siècles durant. Lucrèce, philosophe latin du Ier siècle avant J.C. disait :

« Combien d’êtres vivants aujourd’hui encore se forment au sein de la terre, engendrés par l’eau des pluies unie à la chaleur du soleil ! Il n’est donc pas étonnant qu’il en soit né de plus nombreux et de plus grands alors qu’ils pouvaient se développer dans toute la nouveauté de la terre et de l’air. »[1]

Bien que faisant l’unanimité, le concept de génération spontanée n’était fondé que sur simples observations : Des vers apparaissaient sur de la viande non couverte et des souris là où il y avait des sacs de blé. On  concluait alors que la vie pouvait apparaître à partir de matières inanimées.

Des expériences furent effectuées pour appuyer cette thèse. Par exemple, le chimiste belge Jean Baptiste van Helmont (1577-1644) avait répandu du blé sur une chemise sale. Il observa par la suite des souris se précipitant autour de la chemise. Il conclut ainsi que les souris étaient nées de la combinaison du blé et de la chemise. Il ira jusqu’à publier une méthode pour « créer » des souris en 21 jours, stipulant qu’il suffisait de reposer une bouteille remplie d’excrément et de vieux chiffons dans un placard obscur. Il dit :

« Les poux, puces, punaises, vers, etc… ne prennent pas seulement naissance de nous et de nos excréments : mais aussi si on comprime une chemise sale en la bouche d’un vaisseau, où il y ait du froment : dans une vingtaine de jour ou environ, le ferment sorti de la chemise et altéré par l’odeur des grains, transmue le blé revêtu de son écorce en souris, qui sont différenciées par une diversité de sexe, qui en après multiplient leur espèce, en habitant les uns avec les autres, et indifféremment avec ceux qui sont nés de la semence de pères et mères. Et ce qui est encore le plus admirable c’est qu’ils ne sortent pas du froment comme des petits avortons et à demi formés. Mais ils sont en leur dernière perfection, sans qu’ils aient besoin comme les autres du tétin de leur mère. Les poux s’engendrent en nous, et sortent quelques fois de l’épiderme. Autrefois ils se forment dans les pores du cuir, au lieu de sortir des lentes qui sont leur œufs […] mais les puces prennent hors de nous le ferment de leur génération. »[2]

Il faudra attendre le XVIIème siècle pour voir ce concept remis en cause par un certain biologiste et médecin, Francesco Redi. Sa réponse au scientifique allemand Athanasius Kircher (1601-1680), ce dernier étant favorable à la génération spontanée, fût la suivante :

«  Je plaçai, dans quatre fioles à larges ouverture, une couleuvre, quelques poissons d’eau douce, quatre anguilles de l’Arno et une tranche de veau de lait ; puis j’en fermai très exactement les ouvertures avec du papier ficelé et bien hermétiquement assujetti. Dans quatre autres flacons, je déposai les mêmes objets, mais en laissant ces récipients ouverts. Au bout de peu de temps, les poissons et les viandes de cette seconde série étaient remplies de vers, les mouches pouvant entrer et sortir à volonté. par contre, dans les fioles bouchées, je n’ai pas vu naître un seul ver, même au bout de plusieurs mois… »[3]

L’idée que le vivant n’est peut-être pas issu de matière inerte et encore moins de façon aussi simpliste commença alors à émerger au sein de la communauté scientifique.

Ce n’est qu’au XIXème siècle que la génération spontanée fût invalidée par le très grand chimiste et microbiologiste français Louis Pasteur. Par les expériences les plus variées, notamment celle des « ballons à col de cygne » Louis Pasteur démontrera que les microbes sont partout, dans l’eau, dans l’air, sur les objets, sur la peau…Après des luttes mémorables contre ses contradicteurs, notamment Félix Pouchet, célèbre biologiste et grand défendeur de la génération spontanée, Louis Pasteur démontra que :

→ Les poussières de l’atmosphère renferment des micro-organismes qui se développent et se multiplient.
→ Les liquides les plus putrescibles restent inaltérés, si après les avoir chauffés, on les laisse à l’abri de l’air, donc de ces micro-organismes.

En d’autres termes, les micro-organismes ne sont pas apparus spontanément mais étaient déjà présent dans l’atmosphère et n’ont fait que se développer davantage. Suite aux critiques incessantes de la part des évolutionnistes, Louis Pasteur finira par déclarer :

« Tant pis pour ceux dont les idées philosophiques sont gênées par mes études. »

Avec ses expériences menées et ses démonstrations effectuées, Louis Pasteur venait de changer littéralement la vision du monde vivant qui, des siècles durant, n’était qu’une simple continuité de la matière inerte. Pour le coup, c’est la génération spontanée qui venait de mourir laissant place à ce que l’on appelle la théorie cellulaire. Théorie centrale et principale dans le domaine de la biologie cellulaire, ce concept constitue le fondement le plus reconnu de la biologie en général.

Remarque : Bien que le terme « théorie » peut prêter à confusion, la théorie cellulaire est très largement acceptée car scientifiquement démontrée. Au même titre que la théorie du Big Bang qui utilise le mot « théorie » pour désigner le concept expliquant l’apparition de l’Univers.

Voici quelques principes élémentaires et fondamentaux de la Théorie Cellulaire :

→ Tous les êtres vivants sont constitués d’une ou plusieurs cellules.
Toute cellule provient d’une autre cellule vivante, par biogenèse.
→ La cellule est l’unité de base du vivant. C’est une entité autonome, capable de réaliser certaines fonctions nécessaires et suffisantes à sa vie.
→ La cellule renferme sous forme d’ADN l’information nécessaire à son fonctionnement et sa reproduction.

La biogenèse est définie comme étant la création d’un nouvel organisme vivant par un ou plusieurs organismes existants, ou encore de nouvelles cellules à partir d’une ancienne. En 1864, Louis Pasteur démontra définitivement l’impossibilité d’une génération spontanée dans la biosphère terrestre, en prouvant au contraire que la vie provient uniquement de la vie. Le principe contraire est l’abiogenèse ou la génération spontanée, c’est-à-dire l’apparition de la vie à partir de matière inerte, inorganique. 

La loi de la biogenèse (la vie provient uniquement de la vie) est unanimement reconnue et acceptée par les biologistes, y compris les évolutionnistes. Ces derniers tentent tout de même d’expliquer l’apparition des premiers êtres vivants sur Terre à partir de matière inerte. Voici la théorie la plus répandue aujourd’hui chez les évolutionnistes quant aux origines de la vie.

L’expérience de Miller…
La Terre est âgée de 4,5 milliards d’années et les traces du vivant les plus anciennes dateraient de 3,5 milliards d’années, soit un milliard d’années après la formation de la Terre. Ces formes de vie étant déjà très élaborées, la toute première cellule devait être antérieure encore. A partir de quand aurions-nous basculé de l’inerte au vivant ?  

Les partisans de la Théorie de l’Evolution estiment que la vie primitive et ses premiers constituants seraient nés de cycles de réactions chimiques. Les sources hydrothermales, cheminées sous-marines situées dans les zones d’activité sismique, auraient permis un environnement chimique propice à la formation des premiers êtres vivants. En expulsant l’eau infiltrée dans le sous-sol océanique, ces sources auraient libéré des métaux et des acides, créant un milieu favorable à l’émergence de la vie.

La première expérience ayant vu le jour pour tenter de mettre en évidence une éventuelle origine chimique à l’apparition de la vie sur Terre fût l’expérience de Miller, réalisée en 1953. Celle-ci consista à simuler les conditions supposées régner originellement après la formation de la croûte terrestre, dans le but de créer des acides aminés (composants des protéines) et des acides nucléiques (composants de l’ADN) à partir de composés inorganiques. Rappelons que les 2 éléments essentiels à la cellule sont l’ADN et les protéines. Cette expérience donna naissance au concept de « soupe primitive de la vie ». Au bout d’une semaine d’expérience continue, Miller observa la formation de quelques acides aminés. En revanche, aucun acide nucléique n’a pu être formé.

En synthétisant des molécules organiques complexes à partir des seuls gaz qu’il pensait être présents dans l’atmosphère à l’époque de la Terre primitive, Miller déduisit que des molécules organiques complexes pouvaient se synthétiser spontanément dans ce qu’il pensait être les conditions environnementales de la Terre primitive. Cette idée fût acceptée par beaucoup d’évolutionnistes de son époque et encore aujourd’hui quelques-uns la défende, bien que personne n’est parvenu à faire naître en laboratoire un être vivant issu d’un tel environnement.

En résumé…
Les réactions physico-chimiques successives ayant eu lieu dans l’atmosphère primitif des fonds marins auraient permis l’apparition des premières bactéries grâce à :

→ Des acides aminés formés par hasard dans la soupe primitive.
→ Puis par hasard, ces acides aminés se seraient assemblés pour former des protéines.
→ Puis par hasard, seraient apparus des acides nucléiques (ADN et/ou ARN), membrane cellulaire, ribosomes, ainsi que tous les autres composants élémentaires d’une bactérie.
→ Puis par hasard, ces composants inertes se seraient tous mis (protéines, ribosomes, etc.…) à exécuter les ordres d’un des composant inerte, l’ADN, pour commencer à établir un certain ordre, une certaine organisation au sein de ces bactéries.
→ Puis par hasard, ces bactéries se seraient mises à se nourrir, se développer, se reproduire.

Les premiers êtres vivants seraient donc nés d’une succession de hasards, à partir de matière inerte, inanimée, morte donc, qui se serait peu à peu formée puis organisée. Cette explication fait partie intégrante de la Théorie de l’Evolution.

En somme, tout évolutionniste doit :

→ D’une part accepter que l’apparition de la vie sur Terre s’est faite à partir de matière inerte : Ce que l’on appelle l’abiogenèse.
→ D’autre part reconnaître ce qui est scientifiquement démontré, à savoir que la vie provient uniquement de la vie : Loi de la biogenèse. Bien que ces deux idées soient totalement opposées et contradictoires, ne nous arrêtons pas à là et essayons de soulever les questions sous-jacentes de l’abiogenèse, c’est-à-dire l’hypothèse selon laquelle la vie serait apparue à partir de matière inerte


[1] Lucrèce, Livre V, 181
[2] Jean Baptiste van Helmont
[3] Florentin Francisco Redi

VIII. CONCLUSION

→ Les évolutionnistes stipulent qu'il y a 3,5 milliards d'années, toutes les conditions étaient réunies sur Terre pour permettre l'apparition par hasard des...
Lire la suite
6 février 2021

VII. CITATIONS DE SCIENTIFIQUES

La biochimie est un domaine très complexe, nécessitant un lourd bagage de connaissances. Une attitude censée et logique consisterait donc à se tourner...
Lire la suite
6 février 2021

VI. LA SCIENCE RÉFUTE L’ABIOGENÈSE 3/3

6 – ADN, porteur d'information : Nous avons vu jusqu'à présent l'improbabilité de formation des acides aminés dans la soupe primitive terrestre, puis l'impossibilité...
Lire la suite
6 février 2021

VI. LA SCIENCE RÉFUTE L’ABIOGENÈSE 2/3

3 – Apparition d'un bout d'ADN : Rappelons que la synthèse d'une protéine se fait grâce à l'expression de l'information présente dans une séquence...
Lire la suite
6 février 2021

VI. LA SCIENCE RÉFUTE L’ABIOGENÈSE 1/3

1 – Apparition des acides aminés : Voici trois raisons qui invalident l'expérience de Miller et donc soulèvent l'impossibilité de synthétiser de simples acides...
Lire la suite
6 février 2021

IV. FONCTIONNEMENT D’UNE BACTÉRIE

1 – Métabolisme d'une bactérie : Comme expliqué plus haut, une cellule est dite vivante lorsqu'elle est en mesure de réaliser certains processus. On...
Lire la suite
6 février 2021

III. COMPOSITION D’UNE BACTERIE

Mais de quoi est composé une bactérie, forme de vie la plus simple ? Capsule : Enveloppe qui peut entourer la paroi de certaines...
Lire la suite
6 février 2021

II. QU’EST-CE QUE LA VIE ?

Durant longtemps, savants et philosophes ont cherché à comprendre et élucider la nature de la vie. L'idée de vie suggérait l'existence de quelque...
Lire la suite
6 février 2021

I. INTRODUCTION

Parmi les questions que beaucoup de scientifiques se sont posés à travers l'Histoire, certaines ont suscité un engouement assez profond. Tout comme la...
Lire la suite
6 février 2021
Télécharger le livre

Pour toute question, remarque, critique constructive, autre : lasciencemeneaallah@gmail.com

I. INTRODUCTION

admin9815 07 février 2021

Mohamed est né vers 570 après J.C, dans une ville de la péninsule arabique appelée...

II. CORAN ET SCIENCE 1/12

admin9815 07 février 2021

1 – L'Univers a un début : Comme expliqué dans la Partie 1, jusqu’au début des...

II. CORAN ET SCIENCE 2/12

admin9815 07 février 2021

3 – Théorie du Big-Bang :   Il est communément admis que l’Univers est né il...

II. CORAN ET SCIENCE 3/12

admin9815 07 février 2021

5 – Orbite de la Lune et du Soleil : En mécanique physique, une orbite est la trajectoire que dessine dans...

II. CORAN ET SCIENCE 4/12

admin9815 07 février 2021

7 – Composition de l'atmosphère terrestre :  Ce qui se situe au-dessus de notre tête...

II. CORAN ET SCIENCE 5/12

admin9815 07 février 2021

8 – Rôle de l'atmosphère : D'importantes études ont été menées ces dernières décennies pour...

II. CORAN ET SCIENCE 6/12

admin9815 07 février 2021

9 – Le ciel doté de retour : Comme expliqué plus haut, le ciel terrestre est...

II. CORAN ET SCIENCE 7/12

admin9815 07 février 2021

10 – La formation du Fer et l'importance de ce métal : Les découvertes astronomiques modernes...

II. CORAN ET SCIENCE 8/12

admin9815 07 février 2021

11 – Rôle des montagnes : Autrefois, on pensait que les montagnes étaient simplement des « bosses »...

II. CORAN ET SCIENCE 9/12

admin9815 07 février 2021

12 – L'eau c'est la vie : L’eau est un élément indispensable à la Vie, à...

II. CORAN ET SCIENCE 10/12

admin9815 07 février 2021

14 – La sexualité chez les plantes : L’existence d’une sexualité chez les plantes n’a pas...

II. CORAN ET SCIENCE 11/12

admin9815 07 février 2021

16 – Les abeilles : Dans les colonies d’abeilles, à chacune des nombreuses abeilles est assignée...

II. CORAN ET SCIENCE 12/12

admin9815 07 février 2021

17 – Le mensonge contrôlé par le lobe préfrontal du cerveau : Que se passe-t-il dans...

III. CREATION DE L’HOMME DANS LE CORAN 1/3

admin9815 07 février 2021

La reproduction humaine est un sujet sur lequel toute œuvre humaine ancienne, à partir du...

III. CREATION DE L’HOMME DANS LE CORAN 2/3

admin9815 07 février 2021

2 – La formation des os et de la chair : Un autre élément important contenu...

III. CREATION DE L’HOMME DANS LE CORAN 3/3

admin9815 07 février 2021

J’ai conscience de deux choses : → D'une part, les lacunes liées à la non-maîtrise de...

IV. CONCLUSION

admin9815 07 février 2021

Toujours dans cet état d'esprit rationnel, cohérent et logique que l'on s'impose depuis le début...