PARTIE 2 : ORIGINE DE LA VIE admin9815 6 février 2021 (0) (94)
PARTIE 2 : ORIGINE DE LA VIE

VI. LA SCIENCE RÉFUTE L’ABIOGENÈSE 1/3

1 – Apparition des acides aminés :

Voici trois raisons qui invalident l’expérience de Miller et donc soulèvent l’impossibilité de synthétiser de simples acides aminés :

→ Lors de son expérience de 1953, Miller utilisa du Méthane, de l’Ammoniac et de la vapeur d’eau pour reproduire les conditions supposées identiques à celle de l’atmosphère primitive. Or, suite aux découvertes de la deuxième moitié du XXème  siècle, les scientifiques se rendirent compte que la Terre primitive contenait du Dioxyde de Carbone et du Nitrogène en lieu et place du Méthane et de l’Ammoniac. Les américains Ferris et Chen réitérèrent l’expérience avec les gaz présents dans l’atmosphère primitive et aucun acide aminé ne fut obtenu.

→ Il prétendit que l’Oxygène n’existait pas dans l’atmosphère primitive. Or, les découvertes ont montré qu’il y avait une très grande quantité d’Oxygène libre dans cette atmosphère primitive. De ce fait, même avec l’hypothèse hautement improbable que des acides aminés se seraient formés, ils auraient fini par se décomposer en présence d’Oxygène. Leur assemblage pour former des protéines n’aurait donc jamais pu se faire.

→ Miller avait mis en place un mécanisme particulier dans le but de synthétiser les acides aminés dans l’expérience. Ce procédé, appelé « le piège froid » isolait les acides aminés de l’environnement dès qu’ils se formaient, afin de les préserver. Or, dans des conditions naturelles, les acides aminés auraient été exposés à toutes sortes de facteurs extérieurs destructeurs. La formation de protéines n’aurait donc jamais pu avoir lieu.

Au vu de ces découvertes, la communauté scientifique reconnut dans les années 80 que l’expérience de Miller ainsi que d’autres « expériences de l’atmosphère primordiale » qui suivirent ne reproduisaient pas les vraies conditions initiales. Voici une parmi les déclarations que nous pouvons lire sur les revues scientifiques :

« À peine quelques années s’étaient écoulées avant qu"il soit révélé que cette expérience, qui a ensuite été présenté comme une étape importante dans le nom de l’évolution, était invalide, l’atmosphère utilisée dans l’expérience ayant été très différente des réelles conditions terrestres. » [1]

Après un long silence, Miller finira par avouer que « l’atmosphère utilisée dans son expérience ne correspondait pas à la réalité ».[2]

2 – Apparition des protéines :

Les protéines constituent les briques de base de toutes les cellules vivantes et assument un grand nombre de fonctions essentielles dans celles-ci. Elles sont constituées d’acides aminés arrangés selon une séquence particulière. Cette séquence est tellement précise que si un seul acide aminé manque ou n’est pas à la bonne place, alors la protéine entière ne servira à rien. Par conséquent, chaque acide aminé doit être exactement à la bonne place, dans la séquence correcte.

Pour bien saisir le sujet, comparons une simple bactérie à un avion :

→ Chaque constituant de cet avion correspond à une protéine spécifique : Le moteur correspond à une protéine, les réacteurs une autre protéine, les ailes une protéine encore différente, etc.…l’ensemble des pièces formant un avion au même titre que l’ensemble des protéines forment une bactérie.

→ Les pièces qui composent chaque constituant de l’avion sont semblables aux acides aminés qui forment les protéines : Les pièces qui composent le moteur sont semblables aux acides aminés utilisés pour la formation d’une protéine spécifique, les pièces qui composent les réacteurs sont semblables aux acides aminés utilisés pour former une autre protéine spécifique, les pièces qui composent les ailes sont semblables aux acides aminés qui composent une protéine encore différente, etc…

Si l’on est en mesure de fabriquer toutes les pièces qui constituent un moteur d’avion, serait-ce raisonnable de dire qu’au bout d’un certain temps ces pièces vont s’assembler toutes seules et par hasard pour former le moteur ? Il serait naturellement absurde d’affirmer cela. Car les pièces du moteur sont de la matière inerte, immobile, n’ayant aucune conscience, aucune intelligence ! Par définition-même une telle matière ne peut s’organiser d’elle-même vu qu’elle est « morte ».

Il en est de même pour les acides aminés : En supposant que des acides aminés se formèrent par hasard juste après l’apparition de la Terre, serait-ce raisonnable de dire qu’au bout d’un certain temps ces derniers se soient assemblés par hasard pour former une protéine ? Il serait naturellement absurde d’affirmer cela. Car les acides aminés, au même titre que les pièces qui constituent le moteur, sont de la matière inerte, immobile, n’ayant aucune conscience, aucune intelligence ! Par définition-même une telle matière ne peut s’organiser d’elle-même vu qu’elle est « morte ».

Après avoir entreposé les pièces du moteur dans un local, quelle est la probabilité qu’au bout d’un certain temps un moteur apparaisse par hasard ? Elle est identique à la probabilité qu’après l’apparition d’acides aminés, une protéine se forme par hasard au bout d’un certain temps. Cette probabilité est nulle !

En d’autres termes, il est impossible qu’une simple protéine se soit formée par hasard. Et sans protéine, aucune cellule possible, donc aucune vie !

Calcul de probabilité…
Il a été prouvé qu’il fallait 3 conditions à la formation d’une protéine utile : 
→ 1ère condition : Que tous les acides aminés dans la chaîne de protéine soient du bon type et dans l’ordre.
 → 2ème condition : Que tous les acides aminés de la chaîne soient gauchers (j’épargnerai les détails).
→ 3ème condition : Que tous les acides aminés de la chaîne soient unis par ce qu’on appelle une « liaison peptidique ».

Etudions donc la probabilité de formation par hasard d’une simple protéine utile. Pour qu’une telle protéine se forme aléatoirement, il faut nécessairement que ces 3 conditions soient réunies en même temps. La probabilité pour qu’une protéine se forme par hasard est donc égale à la multiplication des probabilités de la réalisation de chacune des conditions. Dans ce calcul de probabilité, prenons comme exemple une protéine de taille moyenne, contenant 500 acides aminés :

1ère condition : La probabilité que les acides aminés soient dans le bon ordre : Sachant qu’il existe 20 types d’acides aminés qui entrent dans la composition des protéines :
→ La probabilité que chaque acide aminé ait été correctement « choisi » parmi les 20 types est de 1 chance sur 20, soit 1/20.
→ La probabilité que les 500 acides aminés composant cette protéine aient été correctement « choisis » est de : (1chance sur 20) x (1 chance sur 20) x…..(reproduire 500 fois). C’est-à-dire (1/20)x(1/20)x(1/20)x…(reproduire 500 fois) soit (1/20)500 = 1 chance sur 10650 (petite gymnastique des chiffres).

La probabilité que les 500 acides aminés qui composent une simple protéine soient dans le bon ordre est donc de : 1 chance sur 10650 (1 chance sur 1000000…écrire 650 zéro…000).

 → 2ème condition : La probabilité que tous les acides aminés de la chaîne soient gauchers :
→ La probabilité qu’un seul acide aminé soit gaucher est de 1 chance sur 2 soit 1/2.
→ La probabilité que les 500 acides aminés soient tous gauchers en même temps  est de (1 chance sur 2) x (1 chance sur 2) x (1 chance sur 2)…(reproduire 500 fois).
C’est-à-dire(1/2)x(1/2)x(1/2)x…..(reproduire 500 fois) soit (1/2)500 = 1 chance sur 10150.

La probabilité que les 500 acides aminés qui composent une simple protéine soient tous gauchers en même temps est donc de : 1 chance sur 10150 (1 chance sur 100…écrire 150 zéro…000).

→ 3ème condition : La probabilité que tous les acides aminés soient unis par une liaison peptidique : Les acides aminés peuvent se lier ensemble grâce à différents types de liaisons chimiques. Pour qu’une protéine utile soit formée, les acides aminés de la chaîne doivent impérativement être unis par une liaison peptidique. Il a été calculé que la probabilité que les acides aminés soient liés par une liaison peptidique, et non par d’autres liaisons, est de 50%, soit 1 chance sur 2. Donc :
→ La probabilité que deux acides aminés soient liés par une liaison peptidique est de 1 chance sur 2 soit 1/2.
→ La probabilité que les 500 acides aminés soient tous liés par une liaison peptidique est donc de (1 chance sur 2) x (1 chance sur 2) x…(reproduire 499 fois).
C’est-à-dire(1/2)x(1/2)x(1/2)x…..(reproduire 499 fois) soit (1/2)499 = 1 chance sur 10150.

La probabilité que les 500 acides aminés qui composent une simple protéine soient tous liés par une liaison peptidique est donc de : 1 chance sur 10150 (1 chance sur 10…écrire 150 zéro…0).

La probabilité totale est obtenue en multipliant la probabilité de chaque condition, soit : 

1/(10650) x 1/(10150) x 1/(10150) = 1/10(650 + 150 + 150) = 1/10950 = 1 chance sur  10950.

Par de simples calculs, nous venons de prouver que la probabilité de formation par hasard d’une protéine utile, composée de 500 acides aminés, arrangés dans le bon ordre, gauchers et liés par des liaisons peptidiques, est de 1 chance sur 10950.

1 chance sur 10950 signifie 1 chance sur 10…écrire 950 zéros…000

A titre de comparaison, l’astrophysicien Hugh Ross nous dit :

« Recouvrez l’Amérique du Nord avec des pièces de monnaie superposées allant jusqu’à la lune (380 000 km), puis faites la même chose pour plus d’un milliard de continents de la même taille.  Peignez une des pièces en rouge et cachez-la parmi cette multitude de pièces. Bandez les yeux d’une personne et demandez-lui de trouver la pièce peinte. Les chances pour qu’elle la trouve sont de 1 sur 1037. »

Ou encore comme nous le précise le scientifique Trin Xuan Thuan :

« 1 chance sur 1060 correspond à la probabilité pour un archer de toucher une cible de 1 cm2 située à l’autre bout de l’univers en tirant à l’aveugle une seule et unique flèche depuis la Terre sans savoir dans quelle direction se trouve la cible. »

Que dire d’1 chance sur 10950 ?!

Une approche intéressante…
Les partisans de la Théorie de l’Evolution mettent souvent en avant l’argument suivant :

« Dans un environnement terrestre primordial, au bout d’un certain temps suffisamment long, un ensemble d’acides aminés se sont formés par hasard puis rassemblés par hasard pour former une protéine, de même plusieurs protéines furent formées, puis, par hasard, ces protéines se sont rassemblées pour former la première cellule vivante… ».

Étudions de plus près cet argument :

La probabilité qu’une simple protéine se forme est de « 1 chance sur 10950 ». Cette probabilité est tellement petite qu’elle demeure inchangée quel que soit le temps passé. En effet :
→ Supposons que jusqu’à maintenant il s’est écoulé 100 milliards d’années ( l’âge de l’Univers n’est estimé qu’à 13,7 milliards d’années). 
→ Supposons que durant ces 100 milliards d’années ont eu lieu des réactions chimiques sur 100 milliards de planètes.
→ Supposons que sur ces 100 milliards de planètes avaient lieu une réaction chimique par seconde sur chacune des planètes.
→ Une année contient 32 millions de secondes.
Le nombre total de réactions chimiques ayant eu lieu sur l’ensemble des planètes durant 100 milliards d’années est de :
100 milliards x 100 milliards x 32 millions
= 1011 x 1011 x32x106 = 32×1028 .

Quel effet ce chiffre 1028 aura sur la probabilité de la formation d’une protéine ? Pratiquement aucun ! La probabilité de formation d’une protéine utile qui était initialement d’une chance sur 10950 sera alors de 1 chance sur 10 (950-28) = 10922, soit toujours infiniment faible.

 Pour résumer : En se donnant 100 milliards d’années et 100 milliards de planètes, à raison d’une réaction chimique par seconde et par planète, la probabilité de formation d’une seule protéine utile moyenne composée de 500 acides aminés reste toujours infiniment faible.

William Stokes, géologue américain, admet ce fait dans son livre Essentials of Earth History :

« Cette probabilité est si petite qu’elle (la protéine) ne peut avoir lieu pendant des milliards d’années sur des milliards de planètes, chacune couverte d’un tapis de solution liquide concentrée d’acides aminés nécessaires »

« 1 chance sur 10950 » : En mathématique, cette probabilité est considérée comme nulle car infiniment petite, trop proche de 0. Et en physique, la probabilité de formation d’une telle protéine ne peut être attribuée au hasard. De plus, les calculs ne sont appliqués qu’à une seule protéine. Or les bactéries sont composées de plusieurs milliers de protéines. Si la probabilité d’apparition par hasard d’une seule protéine est nulle, quelle est la probabilité d’apparition de plusieurs milliers de protéines ?! Mais alors, comment auraient pu se former les protéines qui composent les êtres vivants les plus simples ?

Si le hasard n’est pas responsable de leur formation, comment expliquer la présence des protéines autre que par l’intervention d’un Concepteur Intelligent ?


[1] New Evidence on Evolution of Early Atmosphere and Life, Bulletin of the American Meteorological Society, vol. 63, novembre 1982, pp. 1328-1330
[2] Stanley Miller, Molecular Evolution of Life : Current Status of the Prebiotic Synthesis of Small Molecules, 1996, p7

VIII. CONCLUSION

→ Les évolutionnistes stipulent qu'il y a 3,5 milliards d'années, toutes les conditions étaient réunies sur Terre pour permettre l'apparition par hasard des...
Lire la suite
6 février 2021

VII. CITATIONS DE SCIENTIFIQUES

La biochimie est un domaine très complexe, nécessitant un lourd bagage de connaissances. Une attitude censée et logique consisterait donc à se tourner...
Lire la suite
6 février 2021

VI. LA SCIENCE RÉFUTE L’ABIOGENÈSE 3/3

6 – ADN, porteur d'information : Nous avons vu jusqu'à présent l'improbabilité de formation des acides aminés dans la soupe primitive terrestre, puis l'impossibilité...
Lire la suite
6 février 2021

VI. LA SCIENCE RÉFUTE L’ABIOGENÈSE 2/3

3 – Apparition d'un bout d'ADN : Rappelons que la synthèse d'une protéine se fait grâce à l'expression de l'information présente dans une séquence...
Lire la suite
6 février 2021

V. APPARITION DES PREMIÈRES BACTÉRIES SELON LA THÉORIE DE L’ÉVOLUTION

Historiquement, le premier concept matérialiste à avoir vu le jour pour expliquer l'apparition du vivant est celui de la « génération spontanée ». Cette idée...
Lire la suite
6 février 2021

IV. FONCTIONNEMENT D’UNE BACTÉRIE

1 – Métabolisme d'une bactérie : Comme expliqué plus haut, une cellule est dite vivante lorsqu'elle est en mesure de réaliser certains processus. On...
Lire la suite
6 février 2021

III. COMPOSITION D’UNE BACTERIE

Mais de quoi est composé une bactérie, forme de vie la plus simple ? Capsule : Enveloppe qui peut entourer la paroi de certaines...
Lire la suite
6 février 2021

II. QU’EST-CE QUE LA VIE ?

Durant longtemps, savants et philosophes ont cherché à comprendre et élucider la nature de la vie. L'idée de vie suggérait l'existence de quelque...
Lire la suite
6 février 2021

I. INTRODUCTION

Parmi les questions que beaucoup de scientifiques se sont posés à travers l'Histoire, certaines ont suscité un engouement assez profond. Tout comme la...
Lire la suite
6 février 2021
Télécharger le livre

Pour toute question, remarque, critique constructive, autre : lasciencemeneaallah@gmail.com

I. INTRODUCTION

admin9815 07 février 2021

Mohamed est né vers 570 après J.C, dans une ville de la péninsule arabique appelée...

II. CORAN ET SCIENCE 1/12

admin9815 07 février 2021

1 – L'Univers a un début : Comme expliqué dans la Partie 1, jusqu’au début des...

II. CORAN ET SCIENCE 2/12

admin9815 07 février 2021

3 – Théorie du Big-Bang :   Il est communément admis que l’Univers est né il...

II. CORAN ET SCIENCE 3/12

admin9815 07 février 2021

5 – Orbite de la Lune et du Soleil : En mécanique physique, une orbite est la trajectoire que dessine dans...

II. CORAN ET SCIENCE 4/12

admin9815 07 février 2021

7 – Composition de l'atmosphère terrestre :  Ce qui se situe au-dessus de notre tête...

II. CORAN ET SCIENCE 5/12

admin9815 07 février 2021

8 – Rôle de l'atmosphère : D'importantes études ont été menées ces dernières décennies pour...

II. CORAN ET SCIENCE 6/12

admin9815 07 février 2021

9 – Le ciel doté de retour : Comme expliqué plus haut, le ciel terrestre est...

II. CORAN ET SCIENCE 7/12

admin9815 07 février 2021

10 – La formation du Fer et l'importance de ce métal : Les découvertes astronomiques modernes...

II. CORAN ET SCIENCE 8/12

admin9815 07 février 2021

11 – Rôle des montagnes : Autrefois, on pensait que les montagnes étaient simplement des « bosses »...

II. CORAN ET SCIENCE 9/12

admin9815 07 février 2021

12 – L'eau c'est la vie : L’eau est un élément indispensable à la Vie, à...

II. CORAN ET SCIENCE 10/12

admin9815 07 février 2021

14 – La sexualité chez les plantes : L’existence d’une sexualité chez les plantes n’a pas...

II. CORAN ET SCIENCE 11/12

admin9815 07 février 2021

16 – Les abeilles : Dans les colonies d’abeilles, à chacune des nombreuses abeilles est assignée...

II. CORAN ET SCIENCE 12/12

admin9815 07 février 2021

17 – Le mensonge contrôlé par le lobe préfrontal du cerveau : Que se passe-t-il dans...

III. CREATION DE L’HOMME DANS LE CORAN 1/3

admin9815 07 février 2021

La reproduction humaine est un sujet sur lequel toute œuvre humaine ancienne, à partir du...

III. CREATION DE L’HOMME DANS LE CORAN 2/3

admin9815 07 février 2021

2 – La formation des os et de la chair : Un autre élément important contenu...

III. CREATION DE L’HOMME DANS LE CORAN 3/3

admin9815 07 février 2021

J’ai conscience de deux choses : → D'une part, les lacunes liées à la non-maîtrise de...

IV. CONCLUSION

admin9815 07 février 2021

Toujours dans cet état d'esprit rationnel, cohérent et logique que l'on s'impose depuis le début...