CONCLUSION admin9815 7 février 2021 (0) (171)
CONCLUSION

CONCLUSION

Quel que soit le sujet traité, nos opinions ne sont souvent que le fruit de notre sensibilité personnelle. Celle-ci étant façonnée par le contexte dans lequel on vit, notre entourage, les médias, la société, le conditionnement de notre cerveau, etc… D’une certaine manière, même si nous sommes tous dans le même monde, chacun vit dans Sa propre réalité, persuadé qu’elle est la meilleure. Mais dès lors que notre sensibilité, nos préjugés, nos à priori sont mis de côté, et que l’on traite un sujet avec objectivité, neutralité et rationalité, on peut parfois se rendre compte que notre réalité est loin d’être la bonne. Et qu’il existe des points de vue bien plus cohérents que les nôtres.

De par sa complexité, la question de l’Origine de l’Univers peut donner lieu à plusieurs réponses et conjectures, toutes différentes les unes des autres. Mais armés de savoir et connaissances solides, nos boussoles se règlent aussitôt et pointent toute de façon indiscutable vers l’existence d’une Cause à l’origine de celui-ci. Outre le fait communément admis que l’Univers est apparu à partir de rien, le réglage très précis des constantes fondamentales le régissant ne laisse place à aucune possibilité quant à son éventuelle apparition par hasard. La constante cosmologique, la densité de l’Univers, sa vitesse d’expansion, les quatre forces fondamentales, la masse des protons, des neutrons, la résonance du Carbone, la distance Terre/Soleil, la période de rotation de la Terre, son champ magnétique, etc… ont toutes des valeurs telles qu’on ne peut s’empêcher de dire qu’elles sont ce qu’elles car une Cause antérieure à l’Univers a voulu qu’elles soient ce qu’elles sont.

Concernant l’Origine de la Vie, la loi de la biogenèse (la vie provient de la vie), scientifiquement prouvée et communément admise de tous, discrédite de façon significative le point de vue selon lequel les premiers êtres vivants seraient apparus à partir de matières inertes. Bien qu’étant les formes de vie les plus simples, les processus physico-chimiques au sein des bactéries sont d’une extrême complexité. Principaux constituants des bactéries, en plus d’être dépendants l’un de l’autre (problème de poule et d’œuf), ADN et protéines n’ont statistiquement pas pu apparaître par hasard. Par ailleurs, l’origine de la vie a un caractère immatériel, à savoir l’information contenue dans l’ADN. Quel que soit le temps écoulé, cette information ne peut être le fruit de combinaisons aléatoires d’éléments contenus dans l’atmosphère primitif. Au contraire, la présence d’un langage, d’un code hautement sophistiqué, d’informations précises et détaillées implique nécessairement l’intervention d’une Intelligence.

De plus, expliquer la diversité des formes de vie rencontrées dans la nature ne peut se faire à l’aide de la Théorie Synthétique de l’Evolution. En plus d’être extrêmement rares et le plus souvent muettes ou nocives, les mutations génétiques ne créent pas de nouveaux gènes. Une forme de vie simple ne peut donc se complexifier par le biais de mutations. Bien que l’exemple de la phalène du bouleau est souvent cité, il ne constitue en rien un argument en faveur de la TSE. Car le génome d’une espèce, même après avoir subi des modifications, ne peut coder une autre espèce. Les papillons ayant éventuellement muté, restent au final des papillons. Également, depuis la découverte de l’ADN les liens de parenté supposés existant entre certaines espèces n’ont plus de sens d’un point de vue génétique. Car les organes et structures qui se ressemblent ne sont pas pilotés par les mêmes gènes. L’évolution des espèces par mutations génétiques a dès lors un peu plus perdu en crédibilité. Et enfin, la reproduction sexuée, la raison propre à l’Homme, le témoignage des archives fossiles, de l’ère cambrienne et de l’apparition soudaines d’espèces complexes sans ancêtre primitif sont tout autant de boussoles dont les aiguilles pointent sans équivoque vers une Volonté Créatrice.

L’Univers a donc une Cause. Or, il est impossible qu’une cause produise un effet sans que celle-ci n’existe au préalable. De ce fait, la Cause de l’Univers est nécessairement antérieure à celui-ci. De plus, cette Cause se trouve à l’extérieur de l’Univers. Car si celle-ci faisait partie de l’Univers, cela voudrait dire que l’Univers s’est créé lui-même (ce qui est absurde, car il aurait fallu qu’à un moment donné, l’Univers ait à la fois existé et non-existé). Par ailleurs, nous savons aujourd’hui que la matière, l’espace ainsi que le temps n’ont commencé à exister qu’au moment de l’apparition de l’Univers. En somme, cette cause est nécessairement Immatérielle, en dehors de l’espace dans lequel nous vivons et non soumise au temps, intemporelle. Cette cause existe et est intemporelle, elle est donc Éternelle. L’état de l’Univers primitif, infiniment chaud et dense, l’ajustement fin des constantes fondamentales ainsi que la complexité des êtres vivants les plus simples laissent transparaître la très grande Puissance ainsi que l’immense Savoir de cette Cause.

La Science et uniquement la Science, a permis d’établir que La Cause de l’Univers est Immatérielle, Éternelle, Puissante, Intelligente et a une Personnalité. Ceci n’est autre que la vision traditionnelle des croyants en Dieu. A savoir qu’un Être Transcendantal, Immatériel et Éternel existe. 

L’idée reçue selon laquelle le croyant serait irrationnel est fausse. Ayant conscience de ses défaillances et limites, au lieu de faire confiance uniquement à son propre cerveau, il décide de se laisser guider par « Le Livre Saint » émanant du Créateur. Sa démarche est donc rationnelle, cohérente, censée. La rationalité de la démarche des athées est quant à elle discutable, car il construit sa vision du monde à l’aide d’un organe qui lui cache des choses qui existent, qui lui fait voir des choses qui n’existent pas, qui lui fait croire à des raisonnements faux, qui lui cache les vices dans ses raisonnements, qui est perméable aux manipulations extérieures, qui lui impose des idées qu’il n’a pas, qui le force à faire des choses qu’il ne veut pas faire, qui l’empêche de faire des choses qu’il voudrait faire, qui lui fait croire chaque nuit en un monde imaginaire, qui provoque le problème de dérèglement des boussoles, qui même cumulé à d’autres cerveaux ne fait qu’empirer la situation, qui passe son temps à le tromper, à le trahir…etc…etc…

Bien que ne prouvant en rien l’existence de Dieu, le pari de Pascal, stipulant qu’il est préférable de parier sur la foi plutôt que sur l’athéisme, est statistiquement vrai d’un point de vue des probabilités. Car les risques encourus sont bien trop grands pour se permettre de parier sur l’athéisme. Naturellement, une fois cet argument admis et accepté, pour autant on ne peut se forcer à croire ni faire semblant de croire. Car par définition même, la croyance est le résultat d’une conviction. Et celle-ci s’introduit dans le cœur avec du savoir, de la connaissance, de la réflexion. Cependant le pari de Pascal constitue un moteur suffisant pour s’efforcer, se donner les moyens et tout mettre en œuvre pour tenter de croire. En se renseignant sur la religion, en apprenant à connaître Le Créateur à travers Le (ou les) Livre(s) qu’Il a révélé, en comprenant Ses Attentes, l’objet de notre existence, etc…etc…en se dirigeant vers la foi en somme.

D’un point de vue logique et rationnel, pour fonder sa foi en Dieu il faut se baser sur un Livre dont le contenu est intact, inaltéré et parfaitement conservé. Afin de s’assurer qu’il s’agit-là uniquement de « La Parole de Dieu » et que les prescriptions et ordres émanent bien de Dieu Lui-même et non de volontés humaines. Sinon, des doutes peuvent naître. Et bâtir sa foi sur des doutes serait totalement insensé. L’étude de conservation des Écritures a permis d’aboutir à des conclusions pour le moins surprenantes : Contrairement à la Bible qui a bel et bien subit des remaniements et modifications à travers l’Histoire, le Coran est quant à lui resté intact, inaltéré, inchangé, depuis son apparition il y a 1400 ans. Et ce, dans son intégralité et à la voyelle prête. D’une part, en raison de l’immense effort de mémorisation, encore présent aujourd’hui. Et d’autre part, grâce au méticuleux et scrupuleux travail d’écriture et de compilation, du vivant de Mohamed d’abord, puis après sa mort ensuite.

Autre fait notoire : En confrontant les versets coraniques traitant de Science avec les croyances générales existantes à l’époque de l’apparition du Coran, il est aisé de se rendre compte à quel point les Hommes du temps de Mohamed étaient loin d’avoir des vues semblables à celles décrites dans le Coran. Durant tout le Moyen-Âge, mythes, spéculations sans fondements et idées fantaisistes étaient à l’origine des croyances les plus variées. Par ailleurs, ces mêmes passages coraniques sont rigoureusement conformes aux faits scientifiques récemment établis à l’aide de moyens technologiques importants. Aucune erreur ni contradiction n’est à relever, et ce, peu importe le domaine. Que ce soit en astronomie, en géologie, en météorologie, en chimie, en neurologie, en embryologie, etc.. .Force est de constater que sont présents des détails étonnants pour lesquels il est difficile d’apporter une explication humaine, rationnelle et plausible. Surtout compte tenu du contexte d’ignorance dans lequel ce Livre fit son apparition, ainsi que l’aspect illettré de son « auteur présumé », Mohamed.

Mohamed, cet arabe du 7ème siècle, ne sachant ni lire ni écrire et n’ayant jamais reçu d’enseignement d’aucune sorte. Bien que le Coran est un chef d’œuvre de littérature arabe, demeuré et demeurant inégalé en matière d’éloquence, son auteur présumé n’a jamais été connu pour composer de la poésie. Et pourtant, la supériorité linguistique du Coran, son style, la clarté de son message, la force de ses arguments, la qualité de sa rhétorique et l’incapacité des Hommes de l’époque (et d’après) à produire une prose similaire, lui confèrent un caractère absolument unique. Et malgré cela, Mohamed ne s’est jamais attribué le mérite de cet ouvrage. Au contraire, il a toujours clamé n’être qu’un messager recevant la Révélation Divine.

Après avoir passé en revue tous les auteurs potentiels du Coran et en l’absence d’aucune autre alternative acceptable comme source de ce Livre, ne serait-il pas cohérent et censé d’accepter que le Coran est bel et bien ce qu’il prétend être ? A savoir une révélation de Dieu par l’intermédiaire de son prophète Mohamed ? Affirmer cela ne semble pas être le produit d’une foi aveugle mais plutôt celui d’un jugement objectif, rationnel, logique, sain et raisonnable, à la lumière de toutes les preuves disponibles.

Croire en Dieu comme étant Le Créateur de l’Univers, au Coran comme étant Sa Parole et à Mohamed comme étant Son Prophète c’est avoir foi en Allah. L’utilisation exclusive du nom d’Allah pour désigner Dieu est le reflet du concept Unique que l’islam associe au Divin. L’intégralité du Coran tourne autour de ce principe. Il parle d’Allah, de Son Essence, de Ses Noms, de Ses attributs, de Ses Actions, etc… Pour le musulman, Allah est Le Dieu Unique, Le Créateur Tout-Puissant. Rien ni personne ne lui ressemble ni ne lui est comparable. Il se situe en dehors de l’Univers, qu’Il a Lui-même créé. Allah a toujours existé, Il est intemporel, Éternel, n’a ni commencement ni fin. Rien en dehors de Lui ne maintient Son existence. Il Se suffit à Lui-même, subsiste par Lui-même.

Pour le musulman, les enseignements chrétiens et juifs sont fondés sur une conception incorrecte de la nature de Dieu. L’islam rejette toute représentation de Dieu sous quelque forme humaine que ce soit, et rejette également le fait de concevoir Dieu comme favorisant certains individus ou nations sur la base de leurs richesses, de leur pouvoir ou de leur race. Allah a créé tous les êtres humains égaux, quels que soit leur origine et leur sexe.

Il possède plusieurs Noms, tous faisant référence à Sa Grandeur, à Sa Perfection, à Sa majesté. Comprendre la signification des Noms d’Allah est la meilleure manière de Le connaître. Et ce n’est qu’en connaissant davantage son Créateur que l’on pourra se faire une opinion des plus juste sur Lui.

Allah nous a créé pour L’adorer, bien qu’Il n’a besoin ni de notre adoration ni de notre reconnaissance. La signification du mot « adoration » en Islam a un sens plus large et plus profond que ce qui pourrait être compris. Même les gestes les plus naturels peuvent devenir des actes d’adoration s’ils sont faits avec la bonne intention de plaire à Allah. Manger, dormir, travailler, les bonnes qualités comme la sincérité, l’honnêteté, la générosité, le courage, l’humilité, la bravoure peuvent tous être considérés comme des actes d’adoration, s’ils ne sont pas effectués par ostentation, orgueil ou hypocrisie, et qu’ils sont accompagnés d’une intention sincère et d’une obéissance totale à Allah. Tel est le concept d’adoration pour le musulman.

De plus, il considère que le Coran fait office de mode d’emploi, de notice d’utilisation. Ce Livre nous apprend ce qu’il faut faire et ne pas faire, ce qu’Allah attend de nous et nous montre comment corriger nos manquements et nos défauts. Le Coran est le manuel de l’utilisateur, fourni aux Hommes afin de les guider. Il est à noter que chaque société, chaque civilisation, chaque pays a instauré des lois, un code civil et pénal, un cadre social, des restrictions, des interdits, des contraintes, des sanctions pour ceux qui ne les respectent pas, etc…

Ayant été créés, d’un point de vue strictement neutre et impartial, ne serait-il pas logique de laisser le Créateur définir notre cadre ? Car après tout, Il est le plus à même de nous connaître sous toutes nos facettes, le fonctionnement de notre cerveau, nos états d’âme, nos humeurs, notre soif du pouvoir, de richesses, etc…vu que c’est Lui qui nous a créé. Et malgré cela, au même titre qu’on a le choix d’être obéissants ou non envers nos parents, nous avons également le choix d’être obéissants ou non envers Le Créateur. Le libre arbitre nous l’avons continuellement. Seuls notre moralité, nos principes, nos mœurs, nos valeurs, nous poussent ou non à être redevables envers nos parents, et sur cette même base, envers Lui.

Oui, force est de constater que les idées reçues sur l’islam et les musulmans foisonnent, malheureusement sur fond d’ignorance et de confusion. Du fait que l’être humain à Sa propre conception de la réalité dont il sera convaincu qu’elle est La vraie réalité, une quête de La Vérité Absolue se fait rare. Chacun sera plutôt dans une démarche de validation de ses propres sensibilités. C’est pourquoi j’estime qu’il n’est pas utile de convaincre que les vraies valeurs prônées par l’Islam sont bien loin de tout ce qui est dit à son sujet. Car une démarche honnête et sincère voudrait passer outre sa sensibilité personnelle et faire ses propres recherches pour se forger une opinion des plus justes. Une telle démarche ne peut être que personnelle et initiée par soi-même.

C’est ainsi que ma synthèse se termine. Il était à mon sens nécessaire que les sujets ayant été traités, le soient sur bases solides de rationalité, de cohérence, de logique. Par ailleurs, j’espère que la démarche scientifique adoptée ici, d’observations, d’analyses, d’illustrations par des exemples et citations d’Hommes de Science fût rigoureusement appliquée dans chacune des parties. Le plus dur aura été de vulgariser des sujets relativement complexes, afin d’être compris de tous. En restant le plus synthétique et concis possible. Pas sûr d’avoir réussi, mais pas faute d’avoir essayé !

Je finirais par rappeler un point important mentionné en introduction, et ainsi la boucle sera bouclée : Il est aisé de comprendre que le but de ce travail n’était certainement pas de persuader que « Je détient La Vérité Absolue ». Ceci n’était qu’une simple invitation à la réflexion, à la remise en question de certaines opinions scientifiques et religieuses, à la lumière de la Science et des découvertes modernes. Je ne prétends pas avoir entièrement raison. J’ai conscience que mon raisonnement n’est pas infaillible et suis naturellement ouvert aux critiques et remarques !

Télécharger le livre

Pour toute question, remarque, critique constructive, autre : lasciencemeneaallah@gmail.com

I. INTRODUCTION

admin9815 07 février 2021

Mohamed est né vers 570 après J.C, dans une ville de la péninsule arabique appelée...

II. CORAN ET SCIENCE 1/12

admin9815 07 février 2021

1 – L'Univers a un début : Comme expliqué dans la Partie 1, jusqu’au début des...

II. CORAN ET SCIENCE 2/12

admin9815 07 février 2021

3 – Théorie du Big-Bang :   Il est communément admis que l’Univers est né il...

II. CORAN ET SCIENCE 3/12

admin9815 07 février 2021

5 – Orbite de la Lune et du Soleil : En mécanique physique, une orbite est la trajectoire que dessine dans...

II. CORAN ET SCIENCE 4/12

admin9815 07 février 2021

7 – Composition de l'atmosphère terrestre :  Ce qui se situe au-dessus de notre tête...

II. CORAN ET SCIENCE 5/12

admin9815 07 février 2021

8 – Rôle de l'atmosphère : D'importantes études ont été menées ces dernières décennies pour...

II. CORAN ET SCIENCE 6/12

admin9815 07 février 2021

9 – Le ciel doté de retour : Comme expliqué plus haut, le ciel terrestre est...

II. CORAN ET SCIENCE 7/12

admin9815 07 février 2021

10 – La formation du Fer et l'importance de ce métal : Les découvertes astronomiques modernes...

II. CORAN ET SCIENCE 8/12

admin9815 07 février 2021

11 – Rôle des montagnes : Autrefois, on pensait que les montagnes étaient simplement des « bosses »...

II. CORAN ET SCIENCE 9/12

admin9815 07 février 2021

12 – L'eau c'est la vie : L’eau est un élément indispensable à la Vie, à...

II. CORAN ET SCIENCE 10/12

admin9815 07 février 2021

14 – La sexualité chez les plantes : L’existence d’une sexualité chez les plantes n’a pas...

II. CORAN ET SCIENCE 11/12

admin9815 07 février 2021

16 – Les abeilles : Dans les colonies d’abeilles, à chacune des nombreuses abeilles est assignée...

II. CORAN ET SCIENCE 12/12

admin9815 07 février 2021

17 – Le mensonge contrôlé par le lobe préfrontal du cerveau : Que se passe-t-il dans...

III. CREATION DE L’HOMME DANS LE CORAN 1/3

admin9815 07 février 2021

La reproduction humaine est un sujet sur lequel toute œuvre humaine ancienne, à partir du...

III. CREATION DE L’HOMME DANS LE CORAN 2/3

admin9815 07 février 2021

2 – La formation des os et de la chair : Un autre élément important contenu...

III. CREATION DE L’HOMME DANS LE CORAN 3/3

admin9815 07 février 2021

J’ai conscience de deux choses : → D'une part, les lacunes liées à la non-maîtrise de...

IV. CONCLUSION

admin9815 07 février 2021

Toujours dans cet état d'esprit rationnel, cohérent et logique que l'on s'impose depuis le début...