PARTIE 6 : RELIGIONS COMPARÉES

IV. CONSERVATION DU CORAN 1/2

La Bible est composée de plus ou moins 70 Livres, Ancien et Nouveau Testament compris (nombre pouvant varier fonction des versions de la Bible ainsi que des différents courants religieux). De plus, ces Livres ne sont pas intégralement conservés dans leur langue originelle, c’est à dire la langue dans laquelle la Bible aurait été révélée.

Le cas du Coran est quant à lui bien différent : il n’est pas composé de plusieurs dizaines de Livres, mais d’un seul et unique. De plus, contrairement à la Bible, il n’existe qu’une seule version du Coran et non plusieurs. Que l’on soit en Afrique, en Asie, au Moyen Orient ou en Amérique, et peu importe le courant religieux, nous trouverons exactement le même Coran de partout, composé du même nombre de chapitres (sourates) et des mêmes versets. Le tout dans un ordre qui reste scrupuleusement le même. Enfin, il faut savoir que le véritable Coran n’existe qu’en arabe. Même les meilleures traductions ne peuvent être considérées comme le Coran lui-même, mais seulement comme des traductions du sens de ses versets. Considérant ces 3 aspects et après lecture des avis d’historiens de renoms et non nécessairement musulmans, il en résulte une chose pour le moins surprenante : Le Coran que l’on trouve aujourd’hui est exactement le même, à la voyelle prête, que celui existant à l’époque de son apparition, c’est à dire il y a plus de 1400 ans. Pour le coup, le travail de conservation a été scrupuleusement effectué, et ce, du vivant de Mohamed déjà, puis entretenu jusqu’à nous parvenir intacte encore aujourd’hui. Cette conservation du Coran s’est faite par deux moyens :
            → Une conservation orale (mémorisation).
            → Une conservation écrite.

1 – Conservation orale du Coran :

Pour les musulmans, le Coran est exclusivement La Parole de Dieu, révélée en arabe à Mohamed par l’intermédiaire de l’Ange Gabriel. Cette révélation s’est faite petit à petit, par fragments, sur une période de 23 ans, tant sous forme de courts versets que de longs chapitres. Lorsqu’il recevait la révélation, Mohamed la transmettait directement à ses compagnons en leur récitant fidèlement et dans le même ordre les mots qu’il avait reçus.

Alors que l’écriture était bien moins pratiquée qu’elle ne peut l’être aujourd’hui, il faut savoir qu’une des grandes traditions arabes de cette époque était l’apprentissage par cœur et la récitation de poèmes. Michael Zwettler était un historien connu et spécialisé dans ce domaine. Professeur émérite de langue et de littérature arabe préislamique et islamique à l’Université de l’Etat de l’Ohio, ses domaines de recherche étaient la tradition poétique classique arabe, les études coraniques, l’histoire et l’épigraphie arabe préislamique, etc… Après de longues recherches, voici ce qu’il conclut :

« À ces époques reculées, alors que l’écriture était à peine utilisée, la mémorisation et la transmission orale étaient pratiquées à un degré qui nous est pratiquement inconnu et étranger, aujourd’hui. »[1]

A cette époque donc, les Paroles retranscrites par Mohamed étaient aisément mémorisables et mémorisées par une grande partie de son peuple. De plus, il encourageait ses compagnons à apprendre chaque verset qui lui était révélé et à le transmettre aux autres. Il leur suggérait également, comme acte d’adoration, de réciter le Coran sur une base régulière, de même qu’au cours des prières. De cette façon, les musulmans de l’époque entendaient fréquemment les mêmes versets récités à répétition, les mémorisaient et les récitaient à leur tour durant leurs prières. C’est ainsi que le Coran tout entier fut mémorisé mot pour mot et à la voyelle prête, par certains de ses compagnons.

Parmi les plus connus, on retrouve Zaid ibn Thabit, Oubayy ibn Ka’b, Mouadh ibn Jabal et Abou Zaid.

En plus d’apprendre le Coran par cœur, ses compagnons allaient jusqu’à mémoriser la prononciation exacte de chaque mot récité par Mohamed. Ce qui plus tard allait devenir une véritable science appelée tajwid. Cette science de la prononciation exacte de chaque lettre et de chaque mot du Coran, existant encore aujourd’hui, tient également compte des liaisons et du contexte syntaxique. Grâce au tajwid, le Coran est aujourd’hui récité exactement de la même manière que le récitait Mohamed. Également, c’est grâce à cette science que de nos jours, de nombreux non-arabophones arrivent à réciter le Coran aussi bien que des arabophones.

 Par ailleurs, l’ordre des sourates et des versets du Coran fût agencé par Mohamed lui-même, et furent même appris par cœur par ses compagnons. Plus tard, lorsque certains compagnons allèrent s’installer dans d’autres provinces, ils enseignèrent la récitation du Coran à ces nouvelles populations. De cette façon, le Coran fut mémorisé par de nombreuses personnes à travers toute l’Arabie, puis au-delà.

En fait, dans le monde musulman, la mémorisation du Coran devint une véritable tradition qui se perpétua à travers les siècles, grâce entre autres, à l’implantation d’écoles de mémorisation (écoles coraniques). Dans ces écoles, les élèves mémorisaient le Coran et apprenaient les règles de récitation (tajwid) en présence d’un maître ayant lui-même appris d’un autre maître, de sorte qu’il s’était créé une véritable chaîne d’apprentissage qui remontait jusqu’à Mohamed lui-même. Il existe encore aujourd’hui des centaines d’écoles de mémorisation à travers le monde. L’apprentissage dure en moyenne de trois à six ans. Lorsque l’apprentissage est terminé, l’élève reçoit un certificat officiel (ijaza) attestant qu’il connaît le Coran par cœur, qu’il maîtrise parfaitement les règles de récitation et qu’il récite désormais le Coran de la même manière que le récitait Mohamed.

L’image ci-dessus représente un certificat typique (ijaza) accordé à la personne qui a terminé l’apprentissage du Coran, certificat qui atteste que cette personne fait partie de la chaîne d’apprentissage remontant au Prophète de l’islam. Le certificat ci-dessus est celui du récitateur Mishari bin Rashid al-Afasy, un qari (récitateur) bien connu du Koweit, accordé par le sheikh Ahmad al-Ziyyat.

A.T. Welch, orientaliste non-musulman, écrit :

« Pour les musulmans, le Coran est bien plus qu’une Écriture sacrée comme on l’entend généralement en Occident. Pour la vaste majorité [des musulmans], à travers les siècles, le Coran, a toujours été avant tout un texte oral, c’est-à-dire la forme sous laquelle il a d’abord été révélé, une « récitation » qu’a psalmodié Mohamed à ses fidèles sur une période de plus de vingt ans… Les révélations étaient mémorisées par certains compagnons de Mohamed du vivant de ce dernier, et la tradition orale ainsi établie s’est poursuivie, jusqu’à nos jours, de façon plus ou moins indépendante, et peut-être même supérieure au Coran écrit…  À travers les siècles, la tradition orale du Coran a été perpétuée par les réciteurs professionnels (qourra).  Jusqu’à tout récemment, la récitation du Coran a rarement été pleinement appréciée en Occident. »[2]

Le Coran est probablement l’unique livre, parmi les livres religieux et laïques confondus, qui ait été mémorisé en entier par des millions de personnes à travers le monde. L’orientaliste Albert Kenneth Cragg était un évêque et savant anglican ayant largement commenté des sujets religieux pendant plus de cinquante ans, notamment sur les relations entre chrétiens et musulmans. Il écrit :

« … ce phénomène de récitation du Coran signifie que le texte a traversé les siècles en une succession ininterrompue de dévotion. On ne peut donc le considérer comme une antiquité ni comme un document historique provenant d’un passé lointain. La récitation a fait du Coran un Livre présent à toutes les époques de l’Histoire de l’islam, à chaque génération, et a fait en sorte qu’il ne soit jamais relégué à un simple rôle de référence. »[3]

En conclusion, grâce au travail de mémorisation, le Coran a pu être appris par cœur par nombreux compagnons de Mohamed. Puis, la mise en place d’écoles coraniques a permis d’entretenir sa récitation de manière identique à celle durant son apparition, et ce, jusqu’à aujourd’hui. Ainsi, la conservation scrupuleuse de ce Livre a pu se faire dès le début et perdure encore, car constitue un acte d’adoration en soi pour les musulmans. En plus d’avoir été remarquablement conservé oralement, la conversation du Coran s’est également faite au moyen de l’écriture.


[1] Michael Zwettler, The Oral Tradition of Classical Arabic Poetry, Ohio State Press, 1978, p.14
[2] The Encyclopedia of Islam, The Quran in Muslim Life and Thought
[3] Kenneth Cragg, The Mind of the Quran, London: George Allen & Unwin, 1973, p.26

V. CONCLUSION

Les calculs de probabilité démontrent que nous ne sommes pas le fruit du hasard, et qu’il existe très probablement un Créateur à l'origine...
Lire la suite
7 février 2021

IV. CONSERVATION DU CORAN 2/2

2 – Conservation écrite du Coran : En plus d'avoir été rigoureusement appris par cœur, l’intégralité du Coran a été mise par écrit...
Lire la suite
7 février 2021

III. CONSERVATION DE LA BIBLE 2/2

6 – Contradictions dans le Nouveau Testament : 1er exemple : En comparant la généalogie de Jésus fixée dans l'Évangile de Matthieu (chap. 1) avec...
Lire la suite
7 février 2021

III. CONSERVATION DE LA BIBLE 1/2

La Bible est composée de l'Ancien et Nouveau Testament. L'étude des Écritures sous l'aspect de la critique des textes est très récente en...
Lire la suite
6 février 2021

II. HISTOIRE DES RELIGIONS

Depuis la nuit des temps, la grande majorité des êtres humains a cru en Dieu. Chez les plus anciennes civilisations comme chez les...
Lire la suite
6 février 2021

I. INTRODUCTION

Au vu des diverses improbabilités scientifiques soulevées, il serait à présent difficile de croire que l'apparition de l'Univers, de la vie, de l'être...
Lire la suite
6 février 2021
Télécharger le livre

Pour toute question, remarque, critique constructive, autre : lasciencemeneaallah@gmail.com

I. INTRODUCTION

admin9815 07 février 2021

Mohamed est né vers 570 après J.C, dans une ville de la péninsule arabique appelée...

II. CORAN ET SCIENCE 1/12

admin9815 07 février 2021

1 – L'Univers a un début : Comme expliqué dans la Partie 1, jusqu’au début des...

II. CORAN ET SCIENCE 2/12

admin9815 07 février 2021

3 – Théorie du Big-Bang :   Il est communément admis que l’Univers est né il...

II. CORAN ET SCIENCE 3/12

admin9815 07 février 2021

5 – Orbite de la Lune et du Soleil : En mécanique physique, une orbite est la trajectoire que dessine dans...

II. CORAN ET SCIENCE 4/12

admin9815 07 février 2021

7 – Composition de l'atmosphère terrestre :  Ce qui se situe au-dessus de notre tête...

II. CORAN ET SCIENCE 5/12

admin9815 07 février 2021

8 – Rôle de l'atmosphère : D'importantes études ont été menées ces dernières décennies pour...

II. CORAN ET SCIENCE 6/12

admin9815 07 février 2021

9 – Le ciel doté de retour : Comme expliqué plus haut, le ciel terrestre est...

II. CORAN ET SCIENCE 7/12

admin9815 07 février 2021

10 – La formation du Fer et l'importance de ce métal : Les découvertes astronomiques modernes...

II. CORAN ET SCIENCE 8/12

admin9815 07 février 2021

11 – Rôle des montagnes : Autrefois, on pensait que les montagnes étaient simplement des « bosses »...

II. CORAN ET SCIENCE 9/12

admin9815 07 février 2021

12 – L'eau c'est la vie : L’eau est un élément indispensable à la Vie, à...

II. CORAN ET SCIENCE 10/12

admin9815 07 février 2021

14 – La sexualité chez les plantes : L’existence d’une sexualité chez les plantes n’a pas...

II. CORAN ET SCIENCE 11/12

admin9815 07 février 2021

16 – Les abeilles : Dans les colonies d’abeilles, à chacune des nombreuses abeilles est assignée...

II. CORAN ET SCIENCE 12/12

admin9815 07 février 2021

17 – Le mensonge contrôlé par le lobe préfrontal du cerveau : Que se passe-t-il dans...

III. CREATION DE L’HOMME DANS LE CORAN 1/3

admin9815 07 février 2021

La reproduction humaine est un sujet sur lequel toute œuvre humaine ancienne, à partir du...

III. CREATION DE L’HOMME DANS LE CORAN 2/3

admin9815 07 février 2021

2 – La formation des os et de la chair : Un autre élément important contenu...

III. CREATION DE L’HOMME DANS LE CORAN 3/3

admin9815 07 février 2021

J’ai conscience de deux choses : → D'une part, les lacunes liées à la non-maîtrise de...

IV. CONCLUSION

admin9815 07 février 2021

Toujours dans cet état d'esprit rationnel, cohérent et logique que l'on s'impose depuis le début...